Lézard des murailles, la rapiette

Un lézard très commun dans les jardins de Rochechouart

Le Lézard des murailles, Podarcis muralis, appartient à la famille des Lacertidae. C’est un petit lézard de taille moyenne, moins de 20 cm dont les deux tiers forment la queue, aplati avec un corps écailleux plus ou moins strié : souvent deux lignes claires pour la femelle alors que le mâle porte plutôt des taches noires.
Sa coloration générale est variable, brune, grise, verdâtre, si bien qu’on le confond facilement avec les pierres où ils lézardent. Le ventre est blanchâtre ou crème, mais souvent avec un peu de rouge ou orange.
Sa peau effectue une mue par plaques successives qu'il mange.

Le lézard aime le soleil mais si la température au soleil dépasse 33°C, il va se mettre au frais. En hiver, il hiberne et dort beaucoup sauf si le soleil chauffe un peu.

Sa queue peut se casser si elle est attrapée par un prédateur ce qui lui permet de se sauver. Elle repoussera une fois seulement.

Sa reproduction

podarcis muralis

L'accouplement a lieu au printemps. La femelle dépose 2 à 10 œufs dans un trou de terre ou sous une pierre. La durée de l'incubation est de quatre à onze semaines.

Les petits lézardeaux mesurent moins de 3 cm et se trouvent livrés à eux-mêmes. La femelle peut pondre 3 fois par an.
Dans la nature la durée de vie de la rapiette est estimée entre 5 à 7 ans.

Ici on l’appelle "rapiette" mot d’origine occitane rapieta signifiant grimper, ramper.

Son habitat et son régime alimentaire

On le trouve dans de nombreux pays d’Europe. En France il est présent jusqu'en Alsace, Bretagne et Nord-Pas-de-Calais.
Le Lézard des murailles aime les sites abrités et ensoleillés car c’est un animal à sang froid. Il est un bon grimpeur, très vif et assez fréquent près des habitations. Il lui faut un endroit pierreux et bien ensoleillé : cavités entre les pierres, trous dans le sol où il pourra pondre ou se réfugier la nuit ou en cas de danger.


Au jardin, la rapiette est un petit auxiliaire utile car il affectionne différentes bestioles : araignées, chenilles, grillons, criquets, sauterelles mais aussi vers de terre, pucerons, mouches et autres insectes. La rosée du matin lui procure l’eau qui lui est nécessaire comme celle qui se loge dans le creux des feuilles. 

Sa rapidité de déplacement lui permet d'être un excellent chasseur mais aussi de disparaître à la moindre alerte.
Il ne saccage rien et sa vivacité est amusante, alors mieux vaut lui laisser de quoi s’abriter. 

Vidéo "La vie sauvage du voisinage n°1 : Le lézard des murailles"

Ses prédateurs

Les lézards ont de nombreux prédateurs : rapaces diurnes, pie-grièche, corneilles, hérons, rats et hérissons ainsi que belettes, renards et blaireaux mais aussi les chats qui s’en amusent.

Vulnérabilité et menaces

A l'instar de nombreux animaux, il est sensible à l’altération de ses habitats naturels comme la destruction de vieux murs où il peut se loger, aux incendies de forêts, à de nombreux insecticides qui tuent ses proies ou qui l’intoxiquent directement.